Non Fides - Base de données anarchistes

« O gentilshommes, la vie est courte, si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

Accueil > Liens > Athènes : Expulsions à Exarcheia

Athènes : Expulsions à Exarcheia

vendredi 30 août 2019

Près de 150 personnes, principalement des migrant.e.s ont été interpellé.e.s hier matin lors d’une intervention policière en vue de l’expulsion de plusieurs squats (4 au total) dans le quartier d’Exarchia. Un énorme dispositif avait été mis en place (bus de CRS, voltigeurs, jeeps, police antiterroriste, la plupart des rues fermées). La majorité des personnes arrêtées ont été envoyées à Petrou Ralli où se trouve le bureau de l’immigration et un centre de détention (selon les chiffres de la police 10 auraient été par la suite envoyés en centre de détention en vue d’une expulsion).

Le 8 août, le projet d’expulsion de plus d’une vingtaine de squats d’Exarchia avait été annoncé notamment par le biais de l’opération « Law and order” (dans la continuité des précédentes expulsions qui ont eu lieu entre février et avril sur ordre du gouvernement de Syriza). Parallèlement aux expulsions de squats et aux opérations anti-drogue, les « autorités » ont annoncé un programme qui prévoit notamment de repeindre les zones couvertes tags et d’améliorer l’éclairage des rues.

La promesse de « rétablir l’ordre public » et de « nettoyer Exarchia » a été l’un des thèmes au cœur de la campagne du parti conservateur actuellement au pouvoir (la Nouvelle Démocratie-ND) après avoir remporté les legislatives le 7 juillet. L‘une de ses premières actions a été l’abrogation de l’asile universitaire [1]. Le gouvernement a également renforcé les contrôles aux frontières, suspendu le droit des demandeurs d’asile d’accéder aux services de santé et de sécurité sociale et dissous le ministère des Migrations, transférant sa responsabilité au ministère de la « Protection des citoyens », qui supervise également la police.

Le nouveau maire de la ville Costas Bakoyannis, est le fils de Pavlos Bakoyannis (porte parole de Nouvelle Démocratie), tué à Athènes en 1989 (l’attaque sera revendiqué par l’organisation « 17 Novembre »), et de Dora Bakoyannis, maire d’Athènes élue juste avant les Jeux Olympiques de 2004 (elle a également été ministre de la Culture et ministre des Affaires étrangères). C’est aussi le neveu de Kyriakos Mitsotakis, actuel premier ministre (élu début juillet) et le petit-fils de l’ancien Premier ministre Constantin Mitsotakis (1990-1993) tous membres de la Nouvelle Démocratie… Mi-avril, il se pointe dans le quartier d’Exarchia pour rencontrer les commerçants et promettre plus de sécurité au sein du quartier, il se fait huer et insulter, son père ne sera pas épargné.

[Reformulé depuis la presse par Cracher dans la soupe.]


[1Jeudi 8 août, le Parlement grec (à majorité ND) a voté la “loi Omnibus” qui comprend diverses mesures, parmi lesquelles la levée de l’asile universitaire, qui empêche à la police et à l’armée d’entrer dans les universités. Ce dernier est issus de la révolte contre la dictature des colonels suite à l’occupation de Université polytechnique nationale d’Athènes à Exarcheia par des étudiants en 1973. La dictature des colonels avait ordonné l’évacuation de l’université en faisant intervenir l’armée qui avait enfoncé l’entrée principale de l’université à l’aide d’un blindé faisant des dizaines de morts et des centaines de blessés.